Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Avec le Seigneur pour guide on ne se perd pas...

Tous les matins du monde ou la femme qui ne savait pas rêver...

Tous les matins du monde ou la femme qui ne savait pas rêver...

Avant de partir à l'église où je n'avais pas mis les pieds depuis des mois, j'ai voulu sentir le calme et la quiétude de mon dernier dimanche matin dans ce village de Picardie... dans cette maison...

Et pendant un fugace instant sur le pas de la porte j'ai revu son sourire malicieux, son visage encore chiffoné de sommeil... sa main qui tenait sa cigarette... ses longs cheveux dans la lumière de l'été...

Et j'ai respiré profondément la douceur de ce matin d'automne silencieux...

Mon dernier dimanche matin ici...

Toutes les années passées ici m'ont appris à ne plus rêver... à ne plus espérer quoi que ce soit même de la part de Dieu... à me contenter de miettes...

Mais quelles miettes cependant ! (un jour je vous parlerai d'une certaine femme syrophénicienne qui a croisé la route de Jésus et des miettes qu'elle a récolté)

Ces miettes me suffisaient parce que nous ne manquions de rien...

Un miracle faisait toujours que nous nous en sortions... en serrant les dents mais quand même nous surnagions...

Dieu était si fidèle...

Il m'a appris à trouver une paix et une joie intérieures qui me faisaient me sentir libre même dans la prison dans laquelle j'évoluais...

Quand je me suis retrouvée seule avec les enfants, les miracles ont continué de se succéder et j'ai même commencé à être heureuse...

 

 

 

Tous les matins du monde ou la femme qui ne savait pas rêver...

Et quand j'ai rencontré l'homme de ma vie (me semblait-il) j'ai cru que le bonheur s'offrait à moi...

C'était le cas... mais pas comme je l'imaginais...

Petit à petit j'ai appris à ne plus rêver... petit à petit je n'ai plus appris qu'à pleurer...

Ce n'était pas tout à fait que sa faute... c'était la mienne aussi...

Si je ne savais Dieu maître de tout j'aurais tendance à dire qu'il était trop tôt...

Mais le Dieu merveilleux que je connais n'est jamais trop tôt ou trop tard il est TOUJOURS juste à l'heure... 

Donc pas de regret, ce que je suis aujourd'hui est aussi grâce à ces souffrances et je crois qu'il en est de même pour lui...

En tout cas à l'époque, j'ai failli m'éteindre...

Mais le Seigneur avait semée une étincelle de vie dans mes entrailles...

Il a fallu me battre pour cette nouvelle existence que je portais... mentalement et physiquement...

Beaucoup le voyaient comme une erreur, d'autres comme un péché et moi je serrai les dents et je luttais...

Non je n'avorterais pas et oui j'assumerai(s)...

Le seul jour où l'avortement m'a effleuré l'esprit, un jeune frère a mis en ligne une vidéo sur sa page facebook... Il ignorait totalement ce que je traversais et d'habitude je voyais peu de ses pages mais celle-ci est ressortie...

C'était quelqu'un d'une équipe soignante quelque part dans ce monde qui filmait un tout-petit de l'âge du mien dans son sac encore rempli de liquide amniotique...

Son petit corps mort déjà si parfaitement formé gisait recroquevillé sur un drap vert d'hôpital...

Il était le produit d'un avortement...

Le choc a été extrêmement violent... 

Et la décision immédiate. Non moi je ne ferais pas ça... 

Il a fallu redresser la tête... 

Je savais que Dieu m'aime et peu importait la condamnation des autres... les pierres jetées sur moi...

Et heureusement d'autres me manifestaient leur amour...

Le père des mes 3 premiers enfants a été le premier à déclarer fermement 

"c'est la volonté de Dieu ce petit, c'est un cadeau qu'Il te fait"... (oui nous devenons bons amis et nous parlons de tout...).

Tous les matins du monde ou la femme qui ne savait pas rêver...

Aujourd'hui...

Je ne regrette absolument rien de mes expériences, de mes erreurs... non pas que je sois si exceptionnelle et que je puisse tout me permettre mais parce que sans elles je n'aurais jamais expérimenté la si réelle profondeur d'amour de la grâce de Dieu...

Il a toujours été là quand je me suis retrouvée seule... toute seule... 

Du moins je le croyais...

Parce que en fait je n'ai jamais été seule...

En tout cas j'ai appris à ne plus laisser l'opinion des autres m'influencer mais à écouter celle de Dieu seul... à écouter les pas dans les mûriers (je vous raconterai bientôt ce que ça veut dire pour ceux qui ne le savent pas)...

Je l'apprends encore...

Ce merveilleux petit bonhomme qui se faisait si discret pendant ma grossesse (comme s'il ne voulait pas déranger) fait notre joie absolue à son frère, ses soeurs et moi...

Je suis heureuse dès maintenant quoi qu'il arrive parce que je suis entre les mains de Dieu...

J'avais appris à ne plus rêver ni espérer quoi que ce soit pendant toutes ces années... à ne me contenter que du nécessaire... alors qu'à une époque j'avais espéré qu'un jour mes dessins et mes textes deviendraient livres... 

J'espèrais que mon mariage non seulement survivrait mais deviendrait même plus fort...

Puis j'ai espéré vivre heureuse avec l'homme que j'avais rencontré plus tard et que j'aimais...

Mais tout est bien ainsi...

Et aujourd'hui je ne rêve toujours pas...

Maintenant je travaille sur mes espèrances... 

Ces espérances sont comme des graines que Dieu a semées en moi lorsqu'il m'a créée dans le ventre de ma mère, ce pour quoi je suis faite.

Ces graines que Dieu a mises en moi et qui étaient en sommeil pendant toutes ces années, écrasées par trop de chagrins, trop d'épreuves dans lequelles je ne savais plus voir la grâce de Dieu... trop d'appitoiement de soi aussi il faut être honnête.

Je travaille sur ses espérances parce que je suis faite pour parler de Lui, de Sa grâce, de Son amour pour vous, pour moi à travers mes mots, à travers mes dessins, à travers ce blog, à travers mes erreurs dont je n'ai pas honte et qui vous montrent que Dieu aime profondément... démesurément...

J'ai souffert pour pouvoir vous affirmer ce matin sans aucun doute que

Dieu guérit,

Dieu console,

Dieu bénit,

Dieu fait croître et en leur saison les fruits qui sont là prêts à être mangés... De bons fruits sans pesticides ni vers...

Peut importe votre religion, votre vie, votre physique (gros ou pas)

Dieu veut vous aimer malgré tout ce que ce monde et ses religieux de tous les bords veulent vous faire croire...

Alice, Dieu vous aime malgré toute la maladresse avec laquelle ça vous a été dit... malgré les erreurs qui ont accompagnés ces mots... (moi je vous aime)

Aimez vous

Aimez ceux qui vous entourent...

Aimez Dieu ;-)

A bientôt...

J'ai des cartons à faire... des tas de cartons...

Tous les matins du monde ou la femme qui ne savait pas rêver...
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Vani là

Ecouter Dieu, m'étonner de Son amour et Sa patience Regarder le ciel... Capturer un instant fugace avec mon appareil photo l'essence même de mes enfants, des gens que j'aime... La brillance de l'encre de chine et le crissement de la plume sur le papier... C'est ce que j'aime...
Voir le profil de Vani là sur le portail Overblog

Commenter cet article
D
J'ai été très touchée par votre article (vos mots) mes yeux se sont embués.À un certain niveau, je me suis reconnu.Il y a eu un temps ou moi aussi je vivais les même émotions,sentiments,épreuves...Mais moi aussi le Seigneur ne m'a jamais abandonné.
Pour vous encourager, je suis maintenant heureuse avec celui qui est maintenant mon mari, chose que je n'aurais jamais cru qu'un jour être aimée avec autant d'amour,de bonté, de délicatesse. C'est un cadeau de Dieu. Oui moi aussi je vous aime sans vous connaître et je prie le Seigneur qu'il vous prépare quelque chose de merveilleux, je ne sais pas quoi mais je vous le souhaites du plus profond de mon cœur. Soyez bénie. Votre sœur en Christ Denise
Répondre
V
Merci Denise vos mots m'encouragent énormément... je suis déjà très très heureuse ainsi tout est si miraculeux... être en vie... aimer aussi fort, apprendre encore et encore de l'Eternel... je me sens extrêmement privilégiée... Mais j'espère être un jour aimée et aimer au diapason sous le regard de l'Eternel qui nous réunira... sinon tant pis... pas grave :-) ... Le monde bruisse de tant de choses inquiétantes mais nous sommes dans Sa paix n'est-ce pas ? Vous êtes une des premières à m'avoir donné le sentiment de ne pas écrire pour rien : merci encore pour ça...
Merci de vous être dévoilée pour mon bien... Que Dieu continue de vous bénir, de nous bénir comme Il le fait si bien...